Toutes les actualités

Actualités

Conférence : Rémy Madinier


Le jeudi 4 avril 2019 à 18h30, Salle K202 – amphi Jolivet, UCLy Campus Carnot, Rémy Madinier, historien, spécialiste de l’islam indonésien, Chercheur au CNRS, membre de l’institut d’Asie Orientale, donne une conférence sur « L’autorité politique dans l’islam indonésien, regards sur un long vingtième siècle ».

Cette conférence est proposée dans le cadre des activités du laboratoire de recherche du CECR : « Autorité et régulation en islam ».

Premier pays musulman du monde, l’Indonésie se caractérise par la pluralité de son islam qui a, depuis la naissance des grandes organisations réformistes au début du vingtième siècle, influencé sa place sur la scène politique.

Argument :

La question de l’autorité légitime est, en Indonésie comme en d’autres lieux du monde musulman, au cœur des expressions de l’islam politique et de ses contradictions. Son évolution peut être observée à partir de trois moments privilégiés. Le premier, au début du XXe siècle, correspondit à la naissance du réformisme musulman qui, dans un même mouvement, entraîna un renouvellement des autorités religieuses et le retour de l’islam sur la scène politique. Cette période fut marquée par l’édification de l’ummat en une communauté sociopolitique, défendant ses intérêts dans un processus négocié. Elle marqua une rupture dans la mesure où les réformistes opérèrent une remise en cause systématique des compromis formulés par les écoles de droit, et, partant, de l’autorité des oulémas les défendant. Le second moment, des années 1930 aux années 1970 fut celui de l’affrontement entre musulmans traditionalistes et modernistes. Les premiers prétendirent exercer une direction naturelle sur l’islam dans ses aspects strictement religieux mais sans revendiquer une participation quelconque au pouvoir politique. Les seconds, par contre, entendirent incarner les multiples figures du dirigeant islamique et voulurent être, tout à la fois, le savant et le politique, l’ouléma et le ministre. Le troisième temps, enfin, fut celui des recompositions ayant marqué ces quatre dernières décennies. Il se caractérise par un éclatement et une remise en cause des hiérarchies religieuses traditionnelles, consécutives à l’instrumentalisation de mouvements islamistes radicaux par des forces politiques fort diverses.

Plus d’information sur le site UCLy

Séminaire de l’IAO : Iokibe, Kaoru


Vendredi 15 mars 2019, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

"How Meiji Japan governed Foreigners: Foundation of Treaty Revision"

Iokibe, Kaoru est professeur à la faculté de Droit de l’université de Tokyo, spécialiste en histoire politique et diplomatique japonaise

Résumé : Based on the new interpretations of treaty revision, this lecture analyses how Meiji government strove to control the foreigners that resided Japanese territory under the protection of treaty privileges. This will hopefully leads us to the deeper understanding of the nation state building of Japan.

Appel à communication - Colloque international : La pensée du cinéma, Hommage à Stanley Cavell (1926-2018)

Le philosophe américain Stanley Cavell, décédé en juin 2018, est l’un des plus importants penseurs contemporains, et a inspiré de nombreux travaux en France, où son œuvre est largement traduite. Il a notamment fait revivre la philosophie du langage ordinaire et le perfectionnisme moral. C’est peut-être son œuvre sur le cinéma qui a rencontré l’écho le plus large. Stanley Cavell, avec La projection du monde (The World Viewed, Harvard University Press, 1971, 1979, éd. Belin, 1999) et A la recherche du bonheur (Pursuits of Happiness, Harvard University Press, 1981, éditions des Cahiers du cinéma, 1993, réédité en 2017) a révolutionné l’approche philosophique du cinéma. Cette révolution porte aussi bien sur la dimension pédagogique et éthique des films populaires que sur la définition du réalisme. Dans Le cinéma nous rend-il meilleurs ? (Bayard, 2003) qui rassemble des essais théoriques importants, Cavell précisait un enjeu central de son oeuvre : redéfinir le réalisme non seulement au cinéma, mais par le cinéma; par notre expérience du cinéma. Son réalisme n’est pas dans la représentation d’une réalité, mais dans son caractère démocratique, sollicitant les compétences morales de tous ; dans le fait qu’il fait partie des vies ordinaires ; dans l’éducation morale qu’il nous offre – en un sens spécifique, celui du perfectionnisme moral hérité d’Emerson ; dans la mise en évidence enfin de l’importance, de ce qui compte. Qu’arrive-t-il à la réalité quand elle est projetée et passée sur un écran ? Que deviennent les choses, les personnes, les situations, les histoires à l’écran ? Et que nous font-elles ?

Nous souhaitons réunir pour cet hommage exceptionnel des spécialistes de philosophie et de cinéma, des critiques de cinéma et des cinéastes. Car le double ancrage de la réception académique des travaux de Cavell sur le cinéma au sein des départements de philosophie et d’études cinématographiques se double d’une double empreinte dans le champ de la création cinématographique : au côté des artistes eux-mêmes et au côté des critiques qui élaborent au présent des jugements sur les œuvres. Des cinéastes parmi les plus importants de leur génération et dans des styles aussi différents que Arnaud Desplechin, Claire Simon, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Ang Lee, Joël et Ethan Coen ont exprimé leur dette à l’égard des textes de Cavell. Ce colloque sera l’occasion de repenser l’apport décisif de son oeuvre à la théorie et à l’histoire du cinéma, à la philosophie du cinéma, à la critique cinématographique, à la création cinématographique, et finalement à la philosophie elle-même.

Les résumés des interventions (300 mots environ) devront parvenir au format word avant le 30 mars 2019 à elise.domenach@ens-lyon.fr et sandra.laugier@univ-paris1.fr

Pour plus d’informations : [cliquez-ici]

Nouvel an lunaire 2019


C’est devenu une tradition à l’ENS de Lyon : à l’initiative de l’Institut d’Asie Orientale (IAO), les étudiants et personnels de l’école sont invités à fêter le nouvel an lunaire le 13 février 2019. L’occasion de découvrir la culture asiatique lors d’une soirée thématique.

Cette année, le nouvel an lunaire est placé sous le signe du cochon.

AU PROGRAMME : Asie et comédie

17h00 - 22h00 (Théâtre Kantor)

- Ouverture du nouvel an lunaire
- Allocutions
- Présentation des films par Wafa Ghermani de la Cinémathèque Française, Claire Vidal, maîtresse de conférences en anthropologie, Université Lyon 2 et Claude Chevaleyre, Chargé de recherches CNRS.

Durian Durian17h30 -19h30, Durian Durian Liú lián piāo piāo 榴槤飄飄 [traduction littérale : L’odeur suave du durian], de Fruit Chan 陳果, Hong Kong, 2000, 116 mn

Fruit Chan nous livre une vision incisive portée par un Chinois de Chine continentale sur Hong Kong. Joué par des acteurs non professionnels, il met en scène des personnages qui sont guidés par le gain et le besoin. Sur un ton humoristique il conte la rencontre entre une jeune fille et une jeune femme qui fait temporairement commerce de son corps. Ce film est le premier de la "trilogie des prostituées". Il a été nommé en tant que meilleur film à la Mostra de Venise en 2000, le jeu de l’actrice principale, Qin Hai-lu, et son scénario ont été salués par de nombreux prix hongkongais.

19h30 - 20h00 : entracte

The Great Buddha20h00 - 21h55, The Great Buddha Dà fó pǔ lā sī 大佛普拉斯, de Huang Hsin-yao 黃信堯, Taiwan, 2017, 104 mn (Comédie noire, en avant première de la sortie du DVD)

Un gardien de nuit d’une fabrique de statuettes de Bouddhas visionne de vieux films X avec un ami lorsqu’il tombe sur des enregistrements compromettants pour son très riche patron. Cette satire de la société taiwanaise est le premier film de Huang Hsin-yao, il a reçu de nombreux prix, dont le premier prix du festival du film de Taipei.

Co-organisé avec l’ENS de Lyon

Inscription au Nouvel An Lunaire

Séminaire de l’IAO : Alice Berthon


Vendredi 15 février 2019, Salle de réunion de l’IAO (D4.070), de 14h à 15h30

"L’ethnologie et l’institution muséale au Japon de l’Attic museum au Musée national d’ethnologie (le Minpaku) "

Alice Berthon, ATER à l’université de Grenoble-Alpes, Jeune chercheuse associée au Centre d’études japonaises (CEJ) de l’Inalco et au Centre de recherches sur le Japon (CRJ) de l’EHESS

Résumé : Le premier musée national d’ethnologie au Japon est fondé en 1974. Les sciences anthropologiques qui se développent dès la fin du 19e siècle ne sont pourtant pas insensibles à la production matérielle des cultures qu’elles étudient. Preuve en est notamment avec l’Attic museum, qui désigne à la fois la société d’étude fondée par Shibusawa Keizō (1896-1963) en 1921 et la collection d’objets conservée dans le grenier d’un débarras appartement à ce dernier. Partant de l’Attic museum, on s’intéressera au rapport entre sciences anthropologiques, culture matérielle et institution muséale au Japon pour remettre en perspective la naissance du Minpaku, et nous en profiterons pour revenir sur quelques enjeux contemporains liés à l’exposition de la culture japonaise dans ce musée.

MOHAMMAD NATSIR : Conférence de Rémy Madinier


Jeudi 14 février 2019 à 19h, ICI Goutte d’Or, conférence par Rémy Madinier, chercheur au CNRS et membre de l’IAO.

Mohammad Natsir (1908-1993), premier ministre indonésien dans les années 1950, joua un rôle primordial lors la période postcoloniale. Président du Masjumi, parti politique musulman alors le plus important du pays, il s’imposa comme un penseur et un politicien incontournable. Sa volonté d’associer les principes de l’islam à la démocratie et à l’indépendance nationale participa au développement d’une pluralité religieuse propre à l’Indonésie. Ses convictions lui valurent d’être emprisonné, mais firent de lui une référence dans les cercles islamiques internationaux.

Conférence organisé par L’Institut des Cultures d’Islam, en partenariat avec Centre Asie du Sud-Est.

Source photo : Mohammad Natsir

La contribution de Gongga Laoren (1903-1997) à la diffusion du bouddhisme tibétain à Taïwan

Le 29 janvier à 18h, au musée Cernuschi, 7 avenue Vélasquez 75008 Paris. Fabienne Jagou, maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient, membre de l’IAO, donne une communication intitulée La contribution de Gongga Laoren (1903-1997) à la diffusion du bouddhisme tibétain à Taïwan dans le cadre du cycle de conférences organisé par la SEECHAC.

Illustration : Monastère Chongqing, Tainan, juillet 2013. © Jagou

Marcelino Truong, Une si jolie petite guerre (Denoël, 2012) : L’art pour mieux panser l’Histoire


François Guillemot participera en tant que modérateur au séminaire de l’EHESS « Partitions territoriales : imaginaires et représentations » co-organisé par Anne Castaing, Benjamin Joinau et Delphine Robic-Diaz. Date et information ci-après :

25 janvier 2019, 14h-17h, EHESS, 54 bd raspail, Paris VIe, salle A7-37

Rencontre avec Marcelino Truong, auteur du roman graphique Une si jolie petite guerre (Denoël, 2012) :

« L’art pour mieux panser l’Histoire »

« En 1961, John F. Kennedy devient le 35e président des États-Unis. Décidé à endiguer le communisme en Asie, il lance le Projet Beef-Up, destiné à renforcer l’aide militaire américaine au Sud-Vietnam. C’est dans ce contexte que Marcelino Truong et sa famille arrivent à Saigon. Sa mère est malouine, son père vietnamien. Directeur de l’agence Vietnam-Press, Truong Buu Khanh fréquente le palais de l’Indépendance où il fait office d’interprète auprès du président Ngô Dinh Diêm, chef d’un régime autoritaire pris dans ses contradictions, entre nationalisme, rejet du passé colonial, influence chrétienne et antimarxisme virulent … » Lire la suite sur : Denoël

Projection du film Mille jours à Saigon de Marie-Christine Courtès (Vivement lundi ! productions, 2012).

Le film documentaire Mille jours à Saïgon suit le travail de Marcelino Truong lors de la rédaction d’Une si jolie petite guerre en explorant le période peu connue des débuts de la guerre du Vietnam.

En deuxième partie de séance, Benjamin Joinau (Hongik University) présentera ses travaux : « Division et sexuation, catégories cognitives? »

Plus d’infos sur Mémoires d’Indochine

Mer de Chine méridionale, quel espace pour les ambitions géomaritimes du Vietnam ?


Le séminaire "France-Vietnam : un portail entre les cultures", est organisé par Nguyen Giang Huong de la BnF en partenariat avec le labex TransferS, et est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure à Paris.

La Prochaine séance aura lieu le vendredi 18 janvier 2019, de 16h à 18h Salle Langevin (ENS, bâtiment Jaurès - entrée du public par le 24 rue Lhomond, 75005 Paris). Elle sera assurée par Laurent GÉDÉON chercheur à l’IAO. Le thème de l’intervention sera la suivant :

Mer de Chine méridionale, quel espace pour les ambitions géomaritimes du Vietnam ?

Plus d’infos sur http://www.transfers.ens.fr/france-vietnam-un-portail-entre-les-cultures-2018-2019

Le mardi 18 décembre 2018 - Journée d’études « Lav Diaz, martyr et géant du cinéma philippin : chantiers de recherche »


Le mardi 18 décembre 2018, ENS de Lyon, Site Descartes, La Journée d’études « Lav Diaz, martyr et géant du cinéma philippin : chantiers de recherche », organisée par le Département lettres et arts ENS de Lyon, l’Institut d’Asie Orientale (CNRS-UMR5062) et Institut Acte - Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CNRS-UMR8218).

Cette journée d’études a pour ambition de cartographier les différents enjeux de l’oeuvre et, à long terme, de réunir des chercheurs autour de l’oeuvre de Lav Diaz. Trois axes se dégagent des interventions proposées :
1 – La cohérence esthétique des films-fleuves du réalisateur.
2 – Le travail de ce cinéaste né sur l’île méridionale de Mindanao propose également une relecture constante et attentive de l’histoire de son pays.
3 – Finalement, les films de Lav Diaz posent un troisième enjeu, en lien avec ce deuxième axe : la relation de l’artiste avec l’engagement.

Programme :
* 10h00 : Ouverture par Béatrice Jaluzot (directrice de l’Institut d’Asie Orientale), présentation de la journée.
* 10h00-12h30 : Salle Dutilleux, les interventions de Clément Dumas (Univ. Paris 1) et Elise Domenach (ENS de Lyon)
* 14h30-17h00 : Salle de Séminaire de l’IAO, les interventions de Nadin Mai (Tao Films / The Art(s) of Slow Cinema), Meriel Kenley (ENS de Lyon) et Alice Leroy (Univ. Paris Est).

Journée d’études suivie de la projection de Storm Children : Book One de Lav Diaz, à 20h, théâtre Kantor (Sous-titres anglais)

Consulter le programme détaillé

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Contact : elise.domenach@ens-lyon.fr

Nouvelles Publications

Thomas Fillitz, Paul van der Grijp (Eds.), An Anthropology of Contemporary Art Practices, Markets, and Collectors, Bloomsbury Publishing, 2018

Faivre d’Arcier Bruno, Lecler Yveline, Governing Carsharing as a Commercial or a Public Service? A Comparison Between France and Japan, in Finger M., Audouin M. eds, The Governance of Smart Transportation Systems, towards new organizational structures for the development of shared, automated, electric and integrated mobility, Springer, the urban book series, 2018, Pages 55-77

Je te l’ai déjà dit / Chen Yuhong, poésies traduites du chinois (Taïwan) et présentées par Marie Laureillard, Les éditions Circé, 2018. 128 p.

Article de François Guillemot sur la "Révolution d’Août" (1945) au Viêt-Nam dans La Vie/Le Monde, HS N°25 "L´histoire des révolutions" (juillet 2018) : « Adieu Indochine… Good Morning Vietnam », p. 90-91.


The Hybridity of Buddhism: Contemporary Encounters between Tibetan and Chinese Traditions in Taiwan and the Mainland / Edited by Fabienne Jagou.- EFEO, 2018.

Pierre-Emmanuel Bachelet, "Cartographies croisées du Campa moderne : un royaume d’Asie du Sud-Est au coeur de la première mondialisation des savoirs géographiques", dans le numéro 74 de la revue Péninsule

Contribution de François Guillemot (chapitre 3) dans l’ouvrage collectif Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, sous la direction de Benoît de Tréglodé, Editions de la Sorbonne, "Libre cours", 2018

Viêt-Nam, fractures d’une nation : Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours / François Guillemot.-Paris, Éditions La Découverte, 2018