Accueil du site > Equipe > Chercheurs associés

ZHAO Weiqing (赵伟清)

mis à jour le

De 2005 à 2008, j’ai étudié la censure cinématographique dans la Concession internationale de Shanghai (1927-1937) et j’ai publié deux articles. Au cours de ma recherche, je me suis aussi intéressée à la censure dans la Concession française, j’ai donc finalement opté pour une étude de la censure dans les deux concessions de Shanghai. Sous la direction de Christian Henriot, j’étudie le sujet suivant : « Pouvoir et espace : La censure cinématographique dans les concessions de Shanghai (1927-1943) ».

Mon objectif, à travers ce travail de thèse, est d’embrasser l’ensemble du champ cinématographique à Shanghai comme un espace de pouvoir autour d’enjeux culturels, politiques et sociaux. La censure est un mode d’entrée pour examiner les manières dont les acteurs sociaux, les compagnies de cinéma, les milieux artistiques, les espaces de diffusion cinématographique ont interagi dans l’espace spécifique de Shanghai au cours des deux décennies les plus agitées et les plus violentes de l’histoire contemporaine de la ville.

Cette thèse a reçu le soutien financier de la Région Rhône-Alpes dans le cadre du programme CIBLE, en particulier le projet "La ville en guerre : Une approche géospatiale des industries shanghaiennes (1935-1947)" piloté par Christian Henriot.

Fonction et institution


Enseignante de chinois, EM Lyon
Chercheur postdoctoral à l’Institut d’Asie Orientale de Lyon
Domaines disciplinaires


Histoire contemporaine
Spécialité


Histoire de Shanghai, histoire du cinéma, histoire de la censure
Projets de recherche


J’ai obtenu mon diplôme de doctorat spécialité histoire en 2014. Mon projet actuel se base sur le contrôle des autorités de la concession française sur la radiodiffusion entre 1923 et 1943. Il a pour but d’étudier les changements dans la gestion de ce médium provoqués par les rencontres avec d’autres cultures et pouvoirs politiques. Ce projet met en lumière la fluidité du concept de « liberté », mais aussi la prégnance de la propagande politique et la construction culturelle dans un espace semi-colonial. Il illustre un autre aspect de la présence française à Shanghai qui a joué un rôle particulier dans le contexte de sa compétition avec les diverses puissances présentes (les pouvoirs anglais et japonais, le gouvernement chinois, les élites locales, etc.) au cours de cette période.
Thèse


« Pouvoir et espace : La censure cinématographique dans les concessions de Shanghai (1927-1943) »
Sous la direction de Christian Henriot
Soutenue en 2014

Le jury était composé de Christian Henriot, Christian Delporte, Frédéric Wang, Anne Kerlan-Stephens.

Résumé : Cette étude à l’intersection entre pouvoir et espace porte sur le contrôle du cinéma par les autorités des concessions, l’intervention de pouvoirs concurrents dans le champ du cinéma et les activités de l’industrie cinématographique entre 1927 et 1943. Dans les années 1920, Shanghai, en particulier par ses concessions, devient la capitale du cinéma en Chine. En 1927, les autorités de la Concession internationale et celles de la Concession française établissent l’une après l’autre un système de censure cinématographique en prenant en compte l’expérience de leurs métropoles ou de leurs colonies et coopèrent entre elles dans sa mise en œuvre. Pour maintenir les bonnes mœurs et l’ordre public, les censeurs examinent les films en fonction de critères qui relèvent de la morale publique, de la prévention de la criminalité, de la sensibilité nationale ou du rapport avec la politique. Le cinéma en effet n’est pas seulement un outil de divertissement. Il devient aussi un enjeu de la lutte croissante entre les divers pouvoirs. Ainsi les autorités chinoises utilisent le nationalisme en manipulant l’émotion populaire et parviennent à orchestrer des mouvements de protestation « spontanée » pour s’emparer du droit de censure dans les concessions. Le Japon, acteur clé dans l’histoire moderne de la Chine, joue également un rôle dans ce tableau. Avec l’occupation du territoire chinois de Shanghai à partir de 1937, dans la mesure où l’armée japonaise considère le cinéma comme un outil de propagande, elle cherche à contrôler ce secteur. Les autorités des concessions doivent adapter leurs critères de censure au gré des mutations politiques, sociales et culturelles afin de préserver la stabilité sociale ainsi que leurs propres intérêts. Ces mesures ont une influence sur l’industrie du cinéma qui doit trouver un équilibre entre le contrôle exercé par divers pouvoirs et le marché. Une culture spécifique du cinéma s’est ainsi construite. Cette étude entend analyser à la fois l’évolution du système de censure cinématographique et son influence sur l’industrie cinématographique dans le contexte historique, culturel, ethnique, économique et politique de Shanghai entre 1927 et 1943.
Curriculum Vitae


Liste des publications


Langues étrangères pratiquées


Chinois, Anglais, Français
Contact