Publications

Ouvrages et direction d’ouvrages, articles scientifiques ou à destination du grand public, notes de recherche, retrouver les dernières publications  de nos chercheurs. L’ensemble des publications des chercheurs est répertorié dans notre collection HAL-SHS.

Filtrer par
1 2 3
The Hybridity of Buddhism : Contemporary Encounters between Tibetan and Chinese Traditions in Taiwan and the Mainland
Fabienne Jagou

The Hybridity of Buddhism : Contemporary Encounters between Tibetan and Chinese Traditions in Taiwan and the Mainland

Les articles rassemblés dans ce volume sont le résultat d’un projet de recherche de trois ans intitulé « Pratiques du bouddhisme tibétain à Taïwan » (2012-2015), soutenu par la fondation Chiang Ching-kuo pour les échanges scientifiques internationaux. Dans le but de contribuer aux études portant sur la globalisation des religions, ce volume adopte le concept de l’hybridité comme principal modèle d’analyse des continuités et des ruptures dans les pratiques du bouddhisme tibétain, à la fois au niveau global et en interaction avec les traditions religieuses locales des sociétés taiwanaise et chinoise. L’hybridité permet aux traditions culturelles (celles religieuses et matérielles tibétaines) de recruter de nouveaux adhérents (principalement Han) et d’être reconnues localement, régionalement et mondialement en tant que nouvelles formes de religiosité distinctes émergentes. Les essais se concentrent sur les acteurs chinois, taïwanais ou tibétains à l’origine de ces hybridités et examinent les stratégies qu’ils adoptent afin d’être reconnus comme des maîtres légitimes du bouddhisme tibétain.

En savoir plus
Viêt-Nam, fractures d'une nation : une histoire contemporaine de 1858 à nos jours
François Guillemot

Viêt-Nam, fractures d'une nation : une histoire contemporaine de 1858 à nos jours

Le Viêt-Nam, connu pour sa lutte héroïque pour l’indépendance, fut un des grands mythes du XXe siècle. Entre décolonisation et guerre fratricide, son histoire apparaît comme exemplaire mais que sait-on de ses fractures internes ? Quels furent les chemins des possibles pour ce pays colonisé et décolonisé dans la violence ? Quelles furent ses sources d’inspiration ? Quels types de révolutions et de guerres ce pays a-t-il traversé au cours du XXe siècle ? Cet ouvrage nous convie à une exploration inédite du Viêt-Nam « vu de l’intérieur » de l’empire démantelé pendant le XIXe siècle à l’État-nation réunifié d’aujourd'hui. Cette perspective permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, dirigé par un État-Parti, et de penser plus largement le Viêt-Nam contemporain dans un monde asiatique confronté à la puissance chinoise et la mondialisation. Elle permet également de saisir l'enchevêtrement des dominations internes (coloniales et postcoloniales) et la persistance de certaines lignes de fractures. Pour accompagner ce récit, l’auteur mobilise des documents et des sources peu connus et propose des encadrés sur des thématiques clés.

En savoir plus
Feng Zikai, un caricaturiste lyrique : Dialogue du mot et du trait
Marie Laureillard

Feng Zikai, un caricaturiste lyrique : Dialogue du mot et du trait

Caricaturiste, auteur de bandes dessinées, peintre, illustrateur, Feng Zikai (1898-1975) est considéré comme l'inventeur d'un genre artistique nouveau, le manhua, néologisme chinois emprunté au japonais (manga) dans les années 1920. Il demeure profondément attaché à l'héritage de l'encre et du pinceau du lettré. Grand amateur de poésie, il élabore une caricature au style sobre et naïf, empreinte de lyrisme et d'humour, inspirée de modèles occidentaux et japonais et à laquelle il confère une identité chinoise.

En savoir plus
Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours
François Guillemot

Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours

Contribution de François Guillemot (chapitre 3) dans l’ouvrage collectif Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, sous la direction de Benoît de Tréglodé, Editions de la Sorbonne, "Libre cours", 2018 Depuis le lancement de sa politique d'ouverture économique (le Đổi mới en 1986), le Viêt Nam s’est profondément transformé et n’a plus grand-chose à voir avec les clichés formés autour du mythe de l’Indochine coloniale qui continuent de lui coller à la peau en France. Après une brève tentative de retour dans les années 1990, l’influence de la France a fortement diminué dans ce pays. Pourtant le Viêt Nam continue d’attirer des candidats fascinés par l’émergence économique de cette région d’Asie… et par le romantisme trompeur des clichés indochinois. Très ancré dans sa région depuis vingt ans, émancipé de ses alliés et ennemis d’hier (la France, la Russie ou les États-Unis), dépendant de ses grands voisins et perméable aux idéologies occidentales, le Viêt Nam poursuit sa recherche de l’équilibre entre la Chine et l’Occident pour mieux préserver ses intérêts nationaux. Cette histoire du Viêt Nam, écrite à plusieurs mains, renouvelle profondément notre regard du pays. Cette riche synthèse – qui mêle l’étude historique, politique, économique à celles des sociétés et des cultures et s’appuie sur des sources vietnamiennes –, nous fait redécouvrir une puissance émergente, une nation dynamique au centre des enjeux stratégiques contemporains en Asie, tout en insistant sur la nouvelle identité asiatique d’un pays que l’on a longtemps cru si bien connaître.

En savoir plus
Gédéon, Laurent

Le TPP : construction économique ou instrument d'une rivalité géopolitique

Gédéon, Laurent (2017), « Le TPP : construction économique ou instrument d'une rivalité géopolitique », in Claire Thi-Liên Tran & Abigaël Pesses (dir.), L’Asie du Sud-Est 2017. Bilan, enjeux et perspectives, Bangkok-Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2017, pp. 53-78.

L’année 2016 a été marquée par la signature, le 4 février, de l’Accord de partenariat transpacifique plus connu sous son sigle anglais TPP (Trans-Pacific Partnership). L’objectif de ce traité de libre-échange est d’intégrer, en créant des normes communes, les économies de douze pays situés de part et d’autre de l’océan Pacifique. La genèse de cet accord remonte à 2002, année où le Chili, Singapour et la Nouvelle-Zélande ouvrent des négociations en vue d’aboutir à un accord de partenariat économique. Les membres du groupe, désigné sous le nom de Pacific-4 suite à son élargissement au Brunei, signent le 18 juillet 2005 l’Accord de partenariat économique stratégique transpacifique dont l’objectif principal vise une réduction significative des tarifs douaniers dès le 1er janvier de l’année suivante, avec pour ambition de les ramener à zéro à partir de 2015. Cette situation évoluera à partir de 2008, année charnière à partir de laquelle, sous l’impulsion du président Obama, les États-Unis...

En savoir plus
Vincent Durand-Dastès, Marie Laureillard (dir.)

Fantômes dans l'Extrême-Orient d'hier et d'aujourd'hui

Vincent Durand-Dastès, Marie Laureillard (dir.), Fantômes dans l'Extrême-Orient d'hier et d'aujourd'hui, Pais, Presses de l'Inalco, 2017. 563 p. Démons et fantômes, gui 鬼 , comptent parmi les figures les plus marquantes de la culture chinoise, et continuent de hanter encore de nos jours la société de la Chine et de ses voisins. En faisant appel aux taxinomies bouddhiques médiévales, aux livres de morale pré-modernes, aux débats philosophiques chinois ou japonais, comme aux œuvres littéraires ou aux enquêtes de terrain, ce premier volume de Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui essaye de préciser les contours des êtres qui, en Asie orientale, se rapprochent le plus de nos « fantômes » et autres « ghosts ».

En savoir plus
Marie Laureillard

La rue de Lung-ch'üan

Dans "Taipei: Histoires au coin de la rue", anthologie de littérature taïwanaise dirigée par Gwennaël Gaffric, parue en mars 2017 aux éditions de l'Asiathèque, Marie Laureillard a traduit la nouvelle "La rue de Lung-ch'üan" de Lin Yao-teh (林燿德).

Cette anthologie offre une vision multiple et originale de la ville de Taipei, à travers le regard d’auteurs majeurs de la scène littéraire taïwanaise contemporaine. Dans « Le petit bassin de Taipei » de Jane Jian (簡媜), Taipei est la ville où l’on se perd mais où l’on finit coûte que coûte par se faire sa place. « La rue Lungch’üan », de Lin Yao-teh (林燿德) (chef de file de la « littérature urbaine » à Taiwan) nous plonge dans le Taipei nocturne avec ses ruelles sombres et ses bandes de voyous. Avec « Le Mémorial de Tchang Kaï-chek » de Lo Yi-chin (駱以軍), auteur d’origine continentale, la ville est ce théâtre gigantesque dans lequel chaque acteur doit sagement jouer son rôle au risque de se voir banni de son histoire. Dans « Histoire de toilettes » Wu Ming-yi (吳明益) choisit d’amener le lecteur dans les toilettes publiques de l’ancien marché de Chunghwa pour évoquer crûment à partir d’une série de scènes de vie la dureté et les mystères de la société urbaine. Dans « Ça, cette pluie du chagrin », Walis Nokan, auteur aborigène Atayal, dévoile la violence et la discrimination dont peuvent être victimes les populations minoritaires dans la capitale. Dans « Videoman », Chang Wan-k’ang (張萬康) dresse un portrait tendre et caustique de la jeunesse de Taipei. Dans « Retour de nuit », un récit se déroulant entre Taipei et Paris, Chou Tan-ying (周丹穎) évoque la solitude et la nostalgie que l’on peut ressentir dans les grandes métropoles. Cette anthologie est complétée par la nouvelle « La carte d’identité d’un inconnu » de Chi Ta-wei (紀大偉), auteur du roman de science-fiction Membrane publié dans la collection « Taiwan Fiction » en 2015 (ce roman est paru au Livre de Poche en mars 2017). « La carte d’identité d’un inconnu » est le récit nocturne d’un contrôle de police sur une jeune personne au genre et à l’origine non définis, sur fond de peur du sida. Avec les nouvelles qui composent ce recueil alternent de petites escapades littéraires et gourmandes dans les restaurants et les marchés de nuit de Taipei signées par le spécialiste du genre, Shu Kuo-chih (舒國治).

En savoir plus
Marie Laureillard

Poésies de Chen Li : Cartes Postales pour Messiaen

Poésies de Chen Li, choisies, traduites du chinois (Taiwan) et présentées par Marie Laureillard, éditions Circé, 2017

Le titre d’un recueil de poésie, parce qu’il tient la corde dans l’acte de dire et de nommer, agit sur le lecteur comme un fruit du dragon sur un plateau de fruits coupés, colorant, par contact ou par contraste, l’ensemble des poèmes regroupés dans un même ouvrage. Cartes postales pour Messiaen, recueil de poèmes de l’auteur taïwanais Chen Li (陳黎) publié en mai 2017 aux éditions Circé dans une nouvelle collection « Poésie de Taïwan », prend ainsi d’emblée une teinte musicale.

La sélection effectuée par Marie Laureillard, traductrice attitrée de Chen Li pour le français et directrice de cette nouvelle collection, n’est pour l’essentiel pourtant pas inédite. Mais là où Les Confins de l’île, premier recueil en français du poète paru en 2009 chez Tigre de Papier et que l’on devait à la même traductrice, insistait sur l’exploration par l’auteur des différents visages d’un Taïwan métissé et sur les jeux d’une poésie visuelle, la composition est ici légèrement différente. Oui, sans doute est-ce la force du titre : le lecteur tend l’oreille, aussitôt frappé par l’omniprésence du thème musical.

En savoir plus
Arnaud Nanta

Arnaud Nanta, « Jinshushugi to kagakusha no “chūritsusei” — Anri Varowa no katsudō o chūshin ni » 人種主義と科学者の「中立性」――アンリ・ヴァロワの活動を中心に (Racisme et “neutralité” des scientifiques — Autour de Henri Vallois), in Sakano Tōru 坂野徹 & Takezawa Yasuko 竹沢泰子 dir., Kagaku to shakai no chi 科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race) vol. 2, Presses de l’université de Tokyo, 2016, p. 81-101 Et une traduction dans ce même livre : Arnaud Nanta & Kobayashi Shinju 小林新樹 (traduction par) : Carole Reynaud Paligot レノー‐パリゴ « Furansu ni okeru keishitsu jinruigaku no hensen shi — 19 seiki matsu kara no jinshu kagaku o megutte » (L’anthropologie physique et la science des races en France à partir de la fin du 19e siècle), in Sakano Tōru 坂野徹 & Takezawa Yasuko 竹沢泰子 dir., Kagaku to shakai no chi 科学と社会の知 (Science et savoirs de la société), Jinshu shinwa o kaitai suru 人種神話を解体する (Déconstruire le mythe de la race) vol. 2, Presses de l’université de Tokyo, 2016, p. 61-80

Jérôme Bourgon (dir.)

Les lieux de la loi dans la Chine impériale

Jérôme Bourgon (dir.), Les lieux de la loi dans la Chine impériale, Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 40 (2016), Numéro publié avec le soutien de l'Institut d'Asie Orientale.

Comment l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a-t-il réussi à combiner de vastes régions en un ensemble cohérent et durable qui structure encore l’espace chinois ? Durant l’essentiel des temps historiques, la loi s’est déplacée d’un relais de poste à l’autre à la vitesse d’un cheval au galop, sous Napoléon comme sous ses contemporains en Chine. Ce pays se présente aujourd’hui comme un territoire homogène, dont tous les habitants vivent à l’heure de Pékin. Extrême-Orient, Extrême-Occident « ressuscite » un temps où les régions de cet immense ensemble avaient encore une forte identité. Autant de lieux divers que l’empire Qing (1644-1911), dernière dynastie impériale à avoir régné sur la Chine, a su combiner en un même espace juridique.

En savoir plus
1 2 3