Accueil du site > Equipe > Chercheurs associés

Vatthana PHOLSENA

mis à jour le

Vatthana Pholsena est chargée de recherche au CNRS et maître de conférences à l’université nationale de Singapour. Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble et de l’université de Hull (Centre for South-East Asian Studies, Department of Politics and Asian Studies), elle a travaillé sur les relations entre l’Etat et les minorités ethniques au Laos et l’histoire sociale des Guerres d’Indochine. Elle est l’auteure de Laos. Politics of Culture, History and Identity, ISEAS-Cornell University Press, 2006 ; Laos. Un pays en mutation, Belin, Asie Plurielle, 2011 ; Laos. Sociétés et Pouvoirs, IRASEC- Les Indes Savantes, 2012 (co-dirigé avec Vanina Bouté) ; Interactions with a violent past : Reading Post-Conflict Landscapes in Cambodia, Laos and Vietnam, NUS Press, 2013 (co-dirigé avec Oliver Tappe).

Fonction et institution


Chargée de recherche au CNRS, Section 33, Mondes modernes et contemporains
Domaines disciplinaires


Science politique, Histoire
Spécialité


Politiques identitaires et histoire politique du Laos ; Histoire politique et sociale des Guerres d’Indochine ; Etat, frontières et sociétés en Asie du sud-est continentale.
Projets de recherche


1. Violences de guerre sur les marges de la péninsule indochinoise
L’examen critique des expériences personnelles et collectives offre une autre analyse possible des conséquences à moyen et long terme des conflits sur les populations, en particulier les désordres infligés sur le corps social et les marqueurs identitaires, mais aussi les phénomènes de recomposition sociale et de transformation des cultures. Les travaux de recherche dans les zones rurales bordant la frontière lao-vietnamienne et autrefois traversés par la « Piste Ho Chi Minh » rendront compte de l’histoire de la guerre dans sa brutalité (villages détruits, populations déplacées, communautés dispersées) et ses répercussions à long terme sur les sociétés rurales (transformation des rapports interethniques, émergence d’une nouvelle hiérarchie politique, création de liens sociaux inédits) au cœur des violences de guerre.

2. Dynamiques trans-ethniques sur les marges de la péninsule indochinoise
Du fait de l’existence de nombreux particularismes ethniques et culturels, les recherches concernant cette zone se sont longtemps orientées vers des monographies souvent très localisées. Ces études ont de ce fait contribué à alimenter une perception antagoniste et figée entre pouvoir étatique et sociétés des marges. En nous émancipant de cette approche nous souhaitons dans ce projet considérer d’autres processus sociaux, économiques et politiques au travers desquels s’exprime la cohérence du paysage social, et ce faisant, dépasser les frontières politiques traditionnelles. En particulier, en écartant le référent ethnique comme principal vecteur des rapports sociaux, les ‘passeurs de frontières’, c’est-à-dire des personnages capables de par leur fonction ou leur statut de ‘traverser’ les frontières ethniques, autrement dit de communiquer et de créer des liens avec des membres extérieurs à leur groupe, deviennent des figures centrales à la constitution de réseaux. On s’attachera donc à identifier ces personnages, à définir leurs sphères d’influences et le niveau d’échelle auquel ils interfèrent. On s’intéressera également à leur parcours individuel (via des histoires de vie ou de courtes biographies), à la place qu’ils occupent dans leur communauté, ainsi qu’à leur discours et pratiques liées à ce statut d’entremetteurs.
Curriculum Vitae


Liste des publications


Langues étrangères pratiquées


anglais, lao, thaï
Contact