Construire une communauté religieuse à Taïwan

Construire une communauté religieuse à Taïwan : l'exemple de celle de la Vénérable Gongga (1903-1997)

Ce séminaire s’inscrit dans la thématique « Question religieuse : sécularisation et réinvention »  du séminaire ASIES (master Amo – Asie méridionale et orientale : terrains, textes et sciences sociales). 

Reconnue comme un maître laïc à Taïwan, la Vénérable Gongga (1903-1997) concentre son autobiographie sur la retraite de trois ans qu’elle a effectuée au monastère Bo Gangkar au Tibet dans les années 1940. Le soin qu’elle apporta à la narration de son expérience spirituelle au Tibet fut crucial pour la construction de sa communauté dès le début des années 60 tandis que l’exploitation de ce récit par ses disciples est fondamentale pour son maintien aujourd’hui. L’analyse de ce récit et celle de sa transtextualité donneront à voir de quelles façons la transcription de son expérience spirituelle assura la légitimité de la Vénérable Gongga au début des années 60 et combien ses aménagements tardifs l’inscrivent dans la durée.

La nuit à la croisée des arts et des cultures : perceptions, imaginaires, représentations

La nuit à la croisée des arts et des cultures : perceptions, imaginaires, représentations

Programme

 La nuit dans le cinéma chinois : de la réalité à la métaphore par Luisa Prudentino

La nuit au cinéma semble être un des motifs esthétiques le plus sujet aux modes, aux évolutions techniques et aux interprétations -ces dernières étant particulièrement mises en avant dans le cinéma chinois. La nuit se prête à tellement d’interprétations qu’elle confère à chaque film un caractère unique où la « métaphore du noir » souligne le message du réalisateur, le sublime ou encore le détourne.  Dans les films chinois, bien avant Wong Kar-wai, on décèle la présence d’un rapport au monde spécifiquement nocturne décliné à travers le temps, l’espace et l’Autre – rapport totalement diffèrent des représentations occidentales. Enfin, une étude de la nuit au cinéma ne peut ignorer la révolution du numérique, qui tend à séparer les êtres non pas par un contre-jour, mais en les découpant avec toute la précision qu’offre une profondeur de champ étendue. Dans cette perspective, les nouvelles générations de cinéastes proposent une exploration cinématographique qui propose une perception tout à fait originale de la nuit.

Luisa PRUDENTINO est sinologue, spécialiste du cinéma chinois. Auteure de nombreux articles et essais sur le sujet, elle publie Le regard des ombres en 2003, son premier ouvrage entièrement consacré au cinéma chinois contemporain. Aujourd’hui, elle est chercheuse à l’Université d’Artois et enseigne également l’histoire du cinéma chinois à l’INALCO (Paris) et à l’Institut des Sciences Politiques du Havre.

Des scènes de nuit en couleur dans le cinéma de Stanley Kubrick à l’hypothèse d’un nocturne cinématographique par Judith Langendorff

Si le cinéma de Stanley Kubrick se singularise par l’usage de grands angulaires et d’images souvent très claires, d’une précision remarquable, qui lui viendrait de ses expériences premières comme photographe et réalisateur de documentaires, le versant nocturne de ses films est plus ambigu. Le cinéaste semble s’être attaché au cours de ses films, depuis 2001 : L’Odyssée de l’espace (1968) jusqu’à Eyes Wide Shut (1999), à créer une lumière diurne très claire et un éclairage nocturne plus spirituel, souvent bleu mais aussi, noir, sépia, mauve ou rouge. Seront analysées au cours de cette intervention des séquences bleues, invitation au sublime, mais aussi moments dramatiques, des séquences rouges, rencontre avec la mort,  des séquences noires ou parcourues d’ondes de couleurs à consonances plus métaphysiques.

Judith LANGENDORFF, docteure en études cinématographiques et audiovisuelles de la Sorbonne nouvelle-Paris 3, qualifiée aux fonctions de maître de conférences en section 18 en 2019, est actuellement chargée de cours dans le département cinéma de cette université, après avoir exercé le métier d’acheteuse d’art pour la photographie. Son ouvrage sur Le Nocturne et l’émergence de la couleur : cinéma et photographie doit paraître le 27 mai 2021 aux Presses Universitaires de Rennes, dans la collection Aesthetica.

Plus d’informations : https://langarts.hypotheses.org/4460

Séminaire de l’IAO : David Serfass

Séminaire de l'IAO David Serfass

David Serfass, maître de conférences en histoire à l’Inalco et chercheur à l’Ifrae.

Résumé : La période de la guerre Asie-Pacifique (1937-1945) et de ses prémices a longtemps été appréhendée comme une parenthèse venant interrompre l’éclosion des bourgeons de la « démocratie de Taishō », avant que la tutelle américaine de l’après-guerre ne parachève ce processus en faisant adopter en 1946 une nouvelle constitution transférant la souveraineté de l’empereur au peuple (kokumin). À travers l’étude du débat parlementaire et médiatique au sujet de la politique du Japon en Chine, qui atteint son paroxysme en 1940, nous tenterons de repenser la guerre totale comme un moment paradoxal d’affirmation du principe de la souveraineté du peuple.

Séminaire de l’IAO : Samuel Guex

Samuel Guex est Professeur associé à l’Université de Genève, spécialiste d’histoire coréenne et japonaise, et des relations Chine-Corée-Japon

Résumé : Les relations entre le Japon et la Corée du Sud sont au plus bas depuis plusieurs années. Les controverses autour des femmes de réconfort et, plus récemment, des victimes de travail forcé durant la colonisation, sont la cause de frictions diplomatiques dont les effets s’étendent désormais aux échanges culturels et économiques. Au cœur des dissensions se trouve le traité nippo-coréen de 1965, qui a permis la normalisation des relations entre les deux pays, mais qui fait l’objet d’interprétations divergentes. Alors que Tôkyô ne cesse de répéter que la question du dédommagement des victimes de la période coloniale a été réglée définitivement en 1965, Séoul considère, lui, que les dispositions du traité ne concernaient pas les demandes de dédommagement individuelles. Ces positions radicalement opposées semblent irréconciliables. Mais en a-t-il toujours été ainsi ? Tout en examinant les principaux points d’achoppement concernant le traité de 1965, nous montrerons que, par le passé, les positions officielles des gouvernements japonais et sud-coréens furent parfois bien différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui.

Séminaire de l’IAO : Isabelle Konuma

Séminaire de l'IAO : Isabelle Konuma

Isabelle Konuma, professeure à l’INALCO (IFRAE), spécialiste de l’histoire du droit japonais

Les léproseries furent la scène des expériences de stérilisation collectives dès les années 1910, fournissant par là-même un modèle réel aux lois de stérilisation de 1940 (Kokumin yûseihô) et de 1948 (Yûsei hogohô). Si la politique d’isolement des lépreux fut l’objet d’un jugement historique (2001) suivi d’une loi d’indemnisation (2006) élargie aux patients coréens (Sorokdo Sanatorium) et taïwanais (Losheng Sanatorium) de la période coloniale, les stérilisations pratiquées dans les sanatoriums quant à elles ne firent pas encore l’objet d’un positionnement clair de la part de l’État japonais malgré les actions en justice menées depuis 2018. À travers les archives et les magazines de la léproserie de Tama Zenshôen (Tôkyô), nous tenterons d’analyser la synergie entre les corps médicaux et administratifs, alimentée par le positionnement des juristes vis-à-vis des causes eugénistes.

Séminaire de l’IAO : Frédéric Roustan

Séminaire de l'IAO Frédéric Roustan

Frédéric Roustan, historien, spécialiste du Japon, maître de conférence à l’Université Lumière Lyon 2, affilié à l’IAO.

Résumé : Entre la fin du Shogunat Tokugawa et le début de l’Ère Meiji, des Japonais recommencent à circuler hors de leur territoire, depuis Nagasaki vers Hong Kong et Shanghai, mettant à profit les réseaux marchands chinois qui n’avaient jamais cessé de relier le Japon au continent. Rapidement, la circulation et la migration des Japonais s’étend vers les territoires de la péninsule indochinoise. Evoluant en nature et en nombre, leur présence en Indochine se complexifie tout au long de la domination coloniale française, pour d’ailleurs y perdurer une fois les Français partis. Nous présenterons une tentative d’histoire connectée entre les territoires de l’Empire japonais et ceux de l’Indochine française à partir des trajectoires de vie des migrants japonais entre les années 1880 et 1950.

Séminaire de l’IAO : Myriam de Loenzien

Myriam de Loenzien est socio-démographe et directrice de recherches au Ceped (université de Paris-IRD).

Résumé : Le Viêt Nam est marqué depuis quelques décennies par un recours croissant à la césarienne dans un contexte de forte médicalisation de l’accouchement. Dans cette étape cruciale de leur vie, quelle est la place des femmes ? Pour répondre à cette question, nous explorerons les résultats d’enquêtes nationales et les données plus qualitatives d’une étude pluridisciplinaire en cours menée dans plusieurs hôpitaux au Nord, au Centre et au Sud du pays. Nous étudierons les enjeux de l’autonomisation des femmes en lien avec le choix du mode d’accouchement et évoquerons quelques dispositifs qui pourraient être mis en œuvre pour la promouvoir.

Séminaire de l’IAO : Rémy Madinier

Séminaire de Rémy MadinierRémy Madinier, chercheur au CNRS (IAO), est historien de l’Indonésie contemporaine. Il a notamment publié : L’Indonésie, entre démocratie musulmane et Islam intégral (Karthala, 2012)

Résumé : Point de confluence des civilisations indienne et chinoise, terre de colonisation occidentale, l’Asie du Sud-Est est une région très ouverte aux influences extérieures dont la mondialisation à l’œuvre de nos jours n’est que le dernier avatar. L’objectif de cette conférence est de replacer l’histoire contemporaine de l’Islam en Asie du Sud-Est dans un contexte plus large : celui de l’insertion d’une religion à vocation universelle dans une aire de civilisation fortement marquée par des identités religieuses plurielles. Il s’agira donc d’une part d’explorer le poids politique, culturel et social pris par l’Islam dans les différents pays de la région mais également de réfléchir à la manière dont ces diverses communautés se situent dans les débats en cours qu’imposent désormais un monde globalisé.

Séminaire de l’IAO : Natacha Aveline

Natacha Aveline, directrice de recherche au CNRS

Résumé : Au début des années 1990, le Japon a subi l’explosion d’une bulle immobilière de grande amplitude. Aujourd’hui, la Chine est à son tour en proie à une flambée d’une envergure sans précédent sur les marchés résidentiels. Survenus à vingt-cinq ans d’intervalle, ces deux mécanismes spéculatifs présentent plusieurs caractères communs, en premier lieu d’être issus de l’approche productiviste d’États « développeurs ». Cependant, la comparaison atteint vite ses limites face à la singularité du processus d’urbanisation en Chine et à la régulation multiforme de l’investissement immobilier par l’État-Parti. La notion de bulle doit donc être reconsidérée pour caractériser les dynamiques à l’oeuvre sur les marchés résidentiels chinois.