Séminaire de l’IAO : Juliette Genevaz

Résumé : La conférence expliquera l’importance qu’a prise la notion de sécurité nationale en République Populaire de Chine depuis 1989. Le parti communiste chinois a usé d’outils divers pour faire de ce thème une priorité de sa politique. Sous Jiang Zemin (1989-2002), le parti-Etat promulgua plusieurs lois à cet effet. Hu Jintao, qui lui succéda au secrétariat général du parti, redefinit les missions de l’Armée Populaire de Libération pour en faire un instrument de sa politique étrangère. Xi Jinping, finalement, a créé de nouvelles institutions pour centraliser la mise en œuvre des diverses politiques liées à la question de la sécurité nationale.

Séminaire de l’IAO : Johann Grémont

Résumé : Conséquence des traités de 1883 et 1884 qui placèrent le Tonkin sous protectorat français, l’affirmation de l’ordre colonial aux confins de l’Empire fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé. A partir de 1896, les officiers français basés dans un chapelet de postes, et épaulés par leurs partisans, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions. L’analyse des mécanismes mis en œuvre pour contrôler la frontière permet de mettre en valeur l’équilibre fragile dans lequel s’inscrit l’exercice d’une police frontière où les troupes supplétives jouent au final un rôle de premier plan.

Séminaire de l’IAO : Rémy Madinier

Résumé : Parvenus tardivement au contact des Javanais, les jésuites ont réussi, en quelques décennies, à ancrer solidement la minorité catholique au cœur du paysage spirituel indonésien. Cette communication analysera les ressorts religieux, éducatifs et sociologiques de cette insertion réussie, unique à l’échelle du monde musulman. A travers l’histoire de leurs relations avec la communauté musulmane, elle s’attachera plus particulièrement au rôle des membres de la Compagnie de Jésus dans la genèse et l’évolution du compromis institutionnel original qui, aujourd’hui encore, organise la place des religions au sein de l’Etat indonésien.