Le TPP : construction économique ou instrument d’une rivalité géopolitique

Gédéon, Laurent (2017), « Le TPP : construction économique ou instrument d'une rivalité géopolitique », in Claire Thi-Liên Tran & Abigaël Pesses (dir.), L’Asie du Sud-Est 2017. Bilan, enjeux et perspectives, Bangkok-Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2017, pp. 53-78.

L’année 2016 a été marquée par la signature, le 4 février, de l’Accord de partenariat transpacifique plus connu sous son sigle anglais TPP (Trans-Pacific Partnership). L’objectif de ce traité de libre-échange est d’intégrer, en créant des normes communes, les économies de douze pays situés de part et d’autre de l’océan Pacifique. La genèse de cet accord remonte à 2002, année où le Chili, Singapour et la Nouvelle-Zélande ouvrent des négociations en vue d’aboutir à un accord de partenariat économique. Les membres du groupe, désigné sous le nom de Pacific-4 suite à son élargissement au Brunei, signent le 18 juillet 2005 l’Accord de partenariat économique stratégique transpacifique dont l’objectif principal vise une réduction significative des tarifs douaniers dès le 1er janvier de l’année suivante, avec pour ambition de les ramener à zéro à partir de 2015. Cette situation évoluera à partir de 2008, année charnière à partir de laquelle, sous l’impulsion du président Obama, les États-Unis...

Prochains évènements

Retour à l'agenda