UMR 5062

Institut d'Asie Orientale

L’Institut d’Asie Orientale (IAO) est un centre de recherche en sciences humaines et sociales qui associe des chercheurs spécialisés en anthropologie, droit, économie, géographie, histoire, littérature, philosophie et science politique dont les travaux portent principalement sur l’Asie de l’Est et du Sud-Est, en particulier la Chine, la Corée, le Japon, le Laos, Taiwan, la Thaïlande et le Vietnam.

Soutenance HDR : Marie Laureillard

Le samedi 30 novembre à 10h en salle Caillemer, Université Jean Moulin Lyon 3. Marie Laureillard, maître de conférence à l'Université Lyon 2, membre de l’Institut d’Asie Orientale, soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée : Écriture et image dans la Chine des cent dernières années : créations, représentations, transferts culturels.Garant : Gregory Lee

Vous y serez les bienvenus.

Séminaire « Arts (Cinéma), Anthropocène, Asie »

En partenariat entre l'École Urbaine de Lyon (Michel Lussault, Alfonso Pinto) et l'Institut d'Asie Orientale (Elise Domenach)

Ce séminaire a pour objectif de sérier les problématiques liées aux (re)présentations artistiques polarisées autour du cinéma comme "art  majeur" de l'Anthropocène, et aux ressources imaginaires qu'artistes et chercheurs mettent en jeu pour penser nos interactions présentes et à venir avec la nature. Au carrefour des formes de récit, d'images, de gestes, de poésie articulées dans les films, et de nos modes de vies analysés par les sciences humaines et sociales, ce séminaire concernera le domaine est-asiatique où l'Anthropocène s'impose avec une acuité particulière : phénomènes météorologiques ravageurs (tremblements de terre, tsunami, typhons), pollutions et détériorations du milieu naturel, ravages industriels, catastrophes nucléaires - au Japon, aux Philippines et en Chine, à Taïwan, et plus largement dans toute l'Asie orientale.

Soutenance de thèse : Katrine Wong

Le mardi 26 novembre 2019 à 14h00, Katrine Wong soutiendra sa thèse de doctorat en histoire, intitulée : Wang Xiaolai 王曉籟 (1887-1967) : une biographie. Cette thèse a été préparée sous la direction de Christian Henriot, professeur à l'Université d' Aix-Marseille. La soutenance aura lieu dans la salle Condorcet, ENS De Lyon - Site Monod, 1 place de l’École, 69007 Lyon.

2e rencontre IAO / IrAsia

A l'occasion de la seconde rencontre scientifique entre l'IAO et l'IrAsia, notre institut accueillera le vendredi 15 novembre 2019, trois chercheurs de l'IrAsia dont sa directrice Nguyen Phuong Ngoc. Les communications de cette journée d'échange seront consacrées aux "Sources et savoirs d'Asie orientale" en mettant en avant l'utilisation des sources textuelles, visuelles, statistiques et numériques dans la recherche. Les deux laboratoires présenteront leurs projets respectifs en cours et une visite des collections de l'IAO au sein de la Bibliothèque Diderot de Lyon clôturera la rencontre scientifique.

Coordination : François Guillemot & Nguyen Phuong Ngoc.

Dernières publications

Voir toutes les publications
Buddhism_after_Mao

Administering Bodhisattva Guanyin’s Island: The Monasteries, Political Entities and Power Holders of Putuoshan

Claire Vidal (2019), «Administering Bodhisattva Guanyin’s Island: The Monasteries, Political Entities and Power Holders of Putuoshan», in Buddhism After Mao. Negotiations, Continuities, and Reinventions, ed. by Ji Zhe, Gareth Fisher and André Laliberté, University of Hawai’i Press, 2019

Site de pèlerinage bouddhique depuis le IXe siècle, l’île du Putuoshan (province du Zhejiang) accueille chaque année des milliers de pèlerins venus de différents pays d’Asie et même d’Occident pour célébrer le bodhisattva de la compassion, Guanyin. Depuis le début des années 1980, les politiques mises en place dans le cadre du mouvement national des réformes d’ouverture et de reconstruction des temples ont profondément transformé le champ religieux local. Aujourd’hui, les acteurs qui participent à la vie religieuse, au développement du tourisme et à la production du « bouddhisme du Putuoshan » se sont multipliés. Dans cet article, je propose de porter un éclairage sur le système d’administration du Putuoshan tel qu’il est élaboré dans le cadre du régime communiste, tel qu’il est recomposé par les entités bureaucratiques situées aux différents échelons territoriaux (provincial, municipal et local) et tel qu’il est réapproprié par les personnalités locales qui sont tout autant les fonctionnaires, les laïcs et les religieux.

Masters_and_natives_AN

The Postcolonial Rewriting of the Past in North and South Korea Following Independence (1950s–1960s)

Arnaud Nanta (2019), «The Postcolonial Rewriting of the Past in North and South Korea Following Independence (1950s–1960s)», in “Masters” and “Natives”: Digging the Others’ Past, Ed. by Gorshenina Svetlana, Bornet Philippe, Fuchs Michel E. and Rapin Claude, De Gruyter, 2019. pp. 307-321.

Korea was subject to Japanese colonial rule from 1905 to 1945, and right from its outset saw a series of studies conducted in a quest to understand its history and society. This began with field investigations carried out by Japanese scholars in the early twentieth century and was followed by a survey of Korea’s ancient customs and institutions. It resulted in institutionalized archaeology being established in 1916 via the creation of the Committee for the Investigation of Korean Antiquities, and in 1922 with the Committee for the Compilation of Korean History. This contribution examines the academic criticism that has existed in North and South Korea since the peninsula regained its independence; in particular, it will present some of the legacies of the Korean nationalist historiography written under colonial rule, focusing on the 1950s and 1960s. If postcolonial criticism in North and South Korea provides a vivid and enlightening illustration of the internal trends that drive the academic world in decolonized countries, it has also followed its own unique timetable reflecting the particularities of the two countries created in 1948 and the history of East Asia.

BI_Graziani_L_Usage_plat.indd

L’Usage du vide : essai sur l’intelligence de l’action, de l’Europe à la Chine

Romain Graziani, L’Usage du vide : essai sur l’intelligence de l’action, de l’Europe à la Chine. Paris, Éditions Gallimard, 2019. 272 p.

Il semble que les états les plus désirables, à l’image du sommeil, ne puissent survenir qu’à condition de n’être pas recherchés, le simple fait de les convoiter pouvant suffire à les mettre en déroute. Or ce paradoxe de l’action volontaire, mal élucidé et jamais résolu dans la philosophie occidentale, est au centre de la pensée taoïste. L’auteur explore dans cette double lumière, à partir de diverses sphères d’expérience, de la pratique d’un sport à la création artistique, de la recherche du sommeil à la remémoration d’un nom oublié, ou encore de la séduction amoureuse à l’invention mathématique, les mécanismes de ces états qui se dérobent à toute tentative de les faire advenir de façon délibérée. Une telle approche, qui requiert une observation patiente des dynamiques du corps et des différents registres de conscience, permet de comprendre pour quelles raisons, et au terme de quelles expériences, les penseurs taoïstes de l’antiquité chinoise ont formulé les concepts si déroutants de non-agir ou de vide. Elle permet par la même occasion de démonter les erreurs et les leurres sur le pouvoir et la volonté qui sont à la base des représentations occidentales de l’action efficace.
Mobilisant, sans les opposer, les ressources de la pensée chinoise et de la pensée européenne, l’ouvrage apporte ainsi une contribution originale à l’intelligence de l’action.

2019_Collection_Art_Asie_Occident

A la croisée de collections d’art entre Asie et Occident : du XIXe siècle à nos jours

Marie Laureillard et Cléa Patin (dirs), A la croisée de collections d’art entre Asie et Occident : Du XIXe siècle à nos jours, Hémisphères Éditions, 2019. 492 p.

Cet ouvrage ambitieux est le fruit de contributions d’universitaires de plusieurs pays : France, Allemagne, Grande-Bretagne, Japon, Taiwan, Hong Kong, Corée, États-Unis, Italie, et de spécialistes du monde de l’art : conservateurs de musées, collectionneurs privés, marchands d’art… Il se propose d’identifier les types de collectionneurs et de cerner les mécanismes à l’oeuvre dans la constitution des collections, l’achat d’oeuvres et les politiques muséales, selon une approche interdisciplinaire mêlant histoire de l’art, esthétique, anthropologie, sociologie, économie ou politique. Comment une société perçoit-elle l’art d’une autre société ? Et aujourd’hui, comment la mondialisation influence-t-elle cette perception : les frontières ne tendent-elles pas à s’estomper, les différences entre les arts à se dissoudre ? Enfin, l’ouvrage révèle comment la collection est liée au marché de l’art et peut inclure certains enjeux identitaires pour lesquels on est souvent prêt à payer le prix fort. Ainsi, la collection nous permet d’entrer dans un imaginaire individuel ou collectif inscrit dans un lieu ou une époque donnés, l’Asie ou l’Occident, hier ou aujourd’hui, révélant la vision que l’on a de soi ou de l’autre.

National_Race_ANanta

Physical Anthropology in Colonial Korea Science and Colonial Order, 1916–1940

Arnaud Nanta (2019), «Physical Anthropology in Colonial Korea Science and Colonial Order, 1916–1940», in National Races: Transnational Power Struggles in the Sciences and Politics of Human Diversity, 1840-1945, edited by Richard McMahon, University of Nebraska Press, 2019. p 241-270.

This chapter examines physical anthropology in colonial Korea, focusing in particular on the Anatomy Section of the Imperial University in Keijō. It illustrates how scholars strove to validate discourse about the “common ancestral origins” of Koreans and Japanese (nissen dōso-ron). This theory, advanced around 1910 to justify Japan’s annexation of the peninsula, constituted the dominant paradigm and the official colonial ideology in Japan until approximately 1940. We demonstrate that, from 1930, anthropologists nonetheless came into conflict with eugenicist scholarship, which insisted on the racial separateness of the Japanese. Thus this chapter sheds light on an example of the links between science and ideology in pre-1945 colonial Japan, while exploring the history of Japanese colonial knowledges in Korea.

JVS_vol14

The Lessons of Yên Bái, or the “Fascist” Temptation

François Guillemot (2019), «The Lessons of Yên Bái, or the “Fascist” Temptation: How the Đại Việt Parties Rethought Anticolonial Nationalist Revolutionary Action, 1932–1945», Journal of Vietnamese Studies, Vol. 14 No. 3, Summer 2019, pp. 43-78.

To fully understand the complexity of ideological commitments in Vietnam between 1945 and 1975, it is useful to return to the 1930s, when the attraction of the Vietnamese nationalists for the Fascist European regimes led a number of them to publicly celebrate the figure of Adolf Hitler. Within the context of the Popular Front in France and a certain political openness in Indochina, the intellectual and organizational turmoil of the nationalist parties gave substance to a doctrine nourished by Western models but that nevertheless remained uniquely Vietnamese. This article addresses the question of the “fascist temptation” of the prewar nationalist Đại Việt parties, which is rarely addressed by historiography.

Prochains évènements

Retour à l'agenda
26 novembre 2019

Soutenance de Thèse. Katrine Wong

Le mardi 26 novembre 2019 à 14h00, Katrine Wong soutiendra sa thèse de doctorat en histoire, intitulée : Wang Xiaolai 王曉籟 (1887-1967) : une biographie. Cette thèse a été préparée sous la direction de Christian Henriot, professeur à l'Université d' Aix-Marseille.