Laurent Gédéon : « Vietnam : un creuset de la géopolitique occidentale »

19 janvier 2020 par Admin IAO
Vendredi 07 février 2020, Laurent Gédéon, Maître de conférences à l'Université Catholique de Lyon, chercheur à l'IAO, participe au colloque Le Vietnam : une nouvelle terre d’opportunités.

Programme

Vendredi 07 février 2020
CCI Ille-et-Vilaine
(2 Avenue de la Préfecture – 35042 RENNES)

L’association P.R.I.S.M.E., des étudiants du Master A.I.P.M.E. de l’Université de Rennes 1, en partenariat avec le WTC Rennes-Bretagne, et le Comité Bretagne des CCE, vous proposent son 6ème Workshop sur le contexte des affaires internationales. L‘objectif de cet atelier est le partage d’idées, d’expériences, de témoignages et d’outils, dont les participants, chefs d’entreprise, décideurs ou étudiants, sauront évaluer la pertinence au regard de leurs différents projets d’internationalisation.

THÈME DU WORKSHOP : LE VIETNAM
« La signature de l’ALE et de l’API3 est l’un des moments historiques importants au cours des 30 ans de relations entre le Vietnam et l’UE » a annoncé le Vice-ministre permanent aux affaires étrangères, M. Bùi Thanh Son, à l’issue de la signature de l’Accord de libre-échange Vietnam-UE (EVFTA), le 30 juin 2019 (Nhân Dân, 01/07/19).

Les accords ratifiés avec l’UE constituent, en quelque sorte, le relais des négociations interrégionales entre l’UE et l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est), engagées en 2007, mais qui ont marqué une pause à compter de 2009, avec le recul mondial des négociations multilatérales. Avec la signature de l’EVFTA, l’UE a signé des ALE avec 3 autres pays asiatiques (Japon, République de Corée, Singapour), créant ainsi les conditions d’une coopération économique et commerciale interrégionale ASEAN – UE.

Sachant que le Vietnam est le deuxième partenaire commercial de l’UE au sein de l’ASEAN, ces accords vont permettre de fluidifier, en réduisant les barrières tarifaires, les interdépendances commerciales entre ce nouveau « dragon » et l’Europe. Les bénéfices sont prévisibles pour les deux signataires, car les entreprises vietnamiennes voient leurs exportations dépendre de l’UE (électronique, textile, meubles, fruits de mer). Par ailleurs, le pays reçoit chaque année environ 1,5 milliards d’euros d’investissements directs étrangers européens. D’ailleurs, dès l’entrée en vigueur de l’accord, le Vietnam a annulé 48,5% de ses taxes d’importation sur les produits européens, selon le Ministère vietnamien des Finances. Et, après 10 ans, 99% de ces taxes seront annulées. Enfin, l’importance de l’accord est perceptible au regard de l’activisme de l’assemblée nationale vietnamienne, qui s’est employée à élaborer une feuille de route pour la révision de lois importantes telles que le Code du travail et la Loi sur la propriété intellectuelle.