Séminaire de l’IAO : Matthias Hayek

09 avril 2020 par Admin IAO
« Ni science, ni religion : inventer les superstitions dans le Japon du début du XXe siècle »

Vendredi 24 avril 2020, de 14h à 15h30.

Cette séance aura lieu en visioconférence. Pour les personnes intéressées, contacter Arnaud Nanta pour une inscription préalable, à l'adresse arnaud.nanta@ens-lyon.fr

Matthias Hayek est maître de conférence à l’université de Paris-Paris Diderot, historien des croyances et des savoirs du Japon prémoderne

Résumé : Durant les deux premières décennies du XXe siècle, observe la multiplication d’ouvrages et de discours consacrés à la lutte contre un « ennemi » de la « modernité » en marche : les superstitions, meishin, ces croyances aussi fausses que désuètes, qui maintiennent le « peuple » dans l’ignorance et l’empêche d’embrasser de nouveaux idéaux.

Que sont exactement ces meishin, qui sont leurs détracteurs, et dans quel contexte intellectuel s’inscrit cette nouvelle critique ? En apportant quelques éléments de réponse à ces questions, nous verrons comment la création des superstitions procède autant de l’avènement de la science que de celui la religion moderne, toutes deux unies contre cet ennemi commun, cet héritage encombrant d’un passé qu’il fallait malgré tout valoriser pour construire la « patrie ».

A lire aussi