Séminaire de l’IAO : Emmanuel Poisson

Conférence - Débat Emmanuel Poisson & François Guillemot présentent l'ouvrage de Cao Xuân Huy : En mars, fusils brisés

Emmanuel Poisson, professeur d’histoire sociale et économique du Vietnam classique et traducteur littéraire, Université de Paris

Au mois de mars 1975, un mois avant la chute de Saigon, le jeune lieutenant Cao Xuân Huy est fait prisonnier près de Huê. Dans un texte autobiographique qui fit des remous dans la communauté exilée, il relate la retraite et l’annihilation d’une unité de Marines sud-vietnamiens autour du 17e parallèle. Ce récit apocalyptique d’une armée en déroute, paru en 1986 aux États-Unis, est unique en son genre car les témoignages des « vaincus » restent largement inédits et inconnus du grand public. Pour resituer l’ouvrage, cette traduction française est accompagnée d’une introduction de deux historiens du Vietnam « Une guerre sans fard », d’un texte de l’écrivain Bao Ninh et d’une postface de l’écrivain Dô Khiêm. L’ouvrage est également agrémenté d’une bibliographie sur la guerre du Vietnam.

Séminaire de l’IAO : Chloé Paberz

L’industrie du jeu vidéo en Corée du Sud : comment les travailleurs composent avec une organisation par projets, Chloé Paberz

Chloé Paberz,  anthropologue à l’IFRAE et maître de conférences à l’Inalco

Résumé : En quelques années, le jeu vidéo est devenu le loisir préféré des Sud-Coréens et l’un des fleurons des industries créatives du pays. L’industrie vidéoludique, et le marché de l’informatique en général, participent à véhiculer l’image d’une Corée du Sud extrêmement moderne voire à la pointe de l’innovation. A partir de l’ethnographie d’une entreprise de jeux éducatifs cofinancée par des fonds publics et privés, nous analyserons la manière dont cette production de masse implique une organisation par projets qui voit se succéder de multiples petites entreprises peu pérennes et dépréciées par leurs salariés. Nous interrogerons les formes de continuité qu’élaborent les travailleurs dans l’organisation morcelée de ce gigantesque marché.

Séminaire de l’IAO : Samia Ferhat

« Taïwan et ses lieux de mémoire : la question du récit national » Samia Ferhat

Samia Ferhat travaille en sociologie de la mémoire et s’intéresse aux relations sino-taïwanaises, Paris-Nanterre, EHESS-UMR CCJ

Résumé : Les quarante dernières années à Taïwan se sont caractérisées par l’émergence, dans le champ du politique, de débats particulièrement virulents ayant trait, pour la plupart, aux questions d’ordre historiographique et mémoriel. Tendant à reconsidérer des personnages et des moments de l’histoire, à redéfinir des césures chronologiques ou à interroger des registres terminologiques, ces controverses rendent compte d’une préoccupation particulière, celle de définir à l’échelle nationale les contours de la communauté d’appartenance. Les narrations du passé élaborées à la faveur de ces transformations mémorielles soulignent non seulement la volonté de mobiliser un legs de souvenirs représentés et conçus comme étant partagés (Renan), mais également de s’imaginer dans un avenir commun. Nous tenterons dans cette présentation d’identifier les diverses mutations narratives du passé en explorant les valeurs, normes et sensibilités les sous-tendant et qui, par ailleurs, posent les termes de la communauté nationale et/ou citoyenne en constante transformation.

4e Rencontre IAO / IrAsia – Mélanges d’Asie du Sud-Est

4e_rencontre_IAO_IRASIA

Yoshihiro Taga, historien spécialiste du Viet Nam, ouvrira la séance avec une communication portant sur les relations entre la dynastie Nguyen et Hong Kong au dix-neuvième siècle. Les deux communications suivantes porteront sur le langage, celui des émotions en birman pour Alice Vittrant, linguiste, et celui de la protestation en thaï pour Louise Pichard-Bertaux qui travaille sur la littérature contemporaine.
Ces trois interventions reflètent bien les travaux de l’IrAsia, qui convoquent des disciplines diverses et interrogent des aires différentes mais toujours liés par la connaissance approfondie des langues des pays étudiés.

__________________

TAGA Yoshihiro (JSPS Overseas Research Fellow IrAsia, Aix – Marseille University
« The Nguyen dynasty and Hong Kong in the late 19th century »

This presentation delineates the contact of the Nguyen dynasty with British Hong Kong in the late 19th century. Archival sources preserved in Vietnam and France reveal that the relationship between the Nguyen court and Hong Kong developed rapidly in the 1860s both in economic and political terms.
Based on Nguyen sources, the catalysts for early contact with Hong Kong lied in the repatriation of Vietnamese refugees and the procurement of steam ships. In 1868, court officials were dispatched to Hong Kong for the first time and established contact with British colonial authorities. This experience in Hong Kong provided Nguyen authorities with fresh insight into commercial and diplomatic policies to pursue, amid complicated international conditions.
In the relationship between the Nguyen court and Hong Kong, the intermediate role played by Christian Vietnamese who were versed in Western languages and customs was significant. Nguyen Đuc Hau was among such figures who engaged in various services in Hong Kong on behalf of the Nguyen court. Though acting as an agent of the court of Hue, the activities of Nguyen Đuc Hau surpassed the reach of its control. Consequently, in the 1870s, the court of Hue was embroiled in a lawsuit with Landstein & Co., a Western commercial house established in Hong Kong.
Following this affaire, the Nguyen court intended to deepen diplomatic ties with British colonial authorities by establishing a Vietnamese consul in Hong Kong. However, this action precipitated French suspicion and ultimately failed.

Alice Vittrant (Université Lumière Lyon 2 / CNRS-DDL (UMR 5596) / Associée IrAsia)
« Exprimer ses émotions dans les langues d’Asie du sud-est : l’exemple des psycho-collocations du birman »

Diffloth (1972, 1976), Matisoff (2001), Enfield (2005) inter al ont été parmi les premiers à noter la richesse des ressources grammaticales utilisées pour exprimer les émotions et les états (psychologiques) dans les langues d’Asie du Sud-Est. Ces ressources, qu’il s’agisse d’expressifs, de mot-échos (ou affixes ‘caméléon’), d’idéophones (ou expressions élaborées) ou de particules discursives de fin de phrase (discourse markers) renvoient à de vrais systèmes dans ces langues et méritent une attention particulière.
Dans notre intervention, nous présenterons les expressifs du birman, langue tibéto-birmane d’Asie du Sud-est parlée par environ 50 M de locuteurs. Plus exactement, nous décrirons en détail les psycho-collocations du birman, ces expressions décrivant des sentiments ou des états psychologiques, et faisant explicitement référence à une partie du corps ou un organe comme étant le siège d’une émotion (ou d’un état psychologique) (Matisoff 1986). En birman, comme dans la majorité des langues d’Asie du Sud-est, ces expressions polymorphémiques sont composées de verbes d’états (adjectifs) d’usage fréquent comme ‘bon, clair, chaud, petit, grand…’ et de termes renvoyant à un organe comme ‘ventre’, ou ‘foie’, ou à un phénomène psychologique comme ‘esprit, cœur’. Elles ont généralement un comportement grammatical particulier.

Diffloth, Gérard. 1972. « Notes on expressive meaning ».  Chicago linguistics society 8: 440-447.
— 1976. « Expressives in Semai ».  Austroasiatic Studies, ed. by Jenner et al.  Oceanic Linguistics Special Publications No. 13.  Honolulu:  University of Hawaii Press, 249-264.
Enfield, N.J. 2005. « Areal linguistics and Mainland Southeast Asia ».  Annual review of  anthropology 34:  181-206.
Matisoff, James. 1986a, « Hearts and Minds in South-East Asian languages and English : an essay in the comparative lexical semantics of psycho-collocation », in Cahiers de Linguistique d’Asie Orientale XV-1, Paris [accessible sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/clao]
—  2001. « Genetic versus contact relationship:  prosodic diffusability in South-East Asian languages ». Areal diffusion and genetic inheritance:  problems in comparative linguistics ed. by Alexandrea Y. Aikhenvald and R.M.W. Dixon.  Oxford:  Oxford University Press, 291-327. 
Vittrant Alice. 2015. « Psycho-collocations in Burmese », in The Aesthetics of Grammar in the Mainland Southeast Asian Linguistic Area, ed. by Jeffrey P. Williams, Cambridge University Press
— 2017. « Expression des émotions dans les langues d’Asie du Sud-Est : les psycho-collocations du birman », in Le Langage de l’émotion : variations linguistiques et culturelles, N. Tersis & P. Boyeldieu (eds), CNRS, 557-581

Louise Pichard-Bertaux (CNRS / IrAsia)
« Thé au lait, brocolis et salut scout : vocabulaire et gestuelle de protestation en Thaïlande »

Monarchie constitutionnelle depuis 1932, la Thaïlande n’a cessé d’alterner depuis périodes de calme et périodes de troubles. En 2014, le général Prayut Chan O-Cha a pris le pouvoir à la suite d’un coup d’état, provoquant depuis de nombreuses manifestations. La mort du roi Rama IX, qui régnait depuis 1946, et le sacre de son fils Vajiralongkorn (Rama X) ont accentué les mouvements de protestation. Les manifestants luttent d’une part contre le gouvernement du premier ministre Prayut, jugé anti-démocratique,et, d’autre part, contre l’article 112 de la constitution qui institue la notion de « crime de lèse-majesté » ce qui interdit, de fait, toute liberté d’expression.
Cette présentation interroge le vocabulaire et la gestuelle utilisés par les manifestants afin de mieux comprendre ces mouvements sociaux qui, avec l’« alliance du thé au lait », dépassent le cadre de la Thaïlande pour rejoindre ceux des pays voisins.

Photo « à la une » : Des manifestants prodémocratie à Bangkok © The Bangkok Herald / Will Langston

Séminaire de l’IAO : Weiting Guo

Summary Execution and Legal Culture in Qing China, Weiting Guo
Weiting Guo, chercheur postdoctoral au projet ERC « ENP-Chine » à l’Université d’Aix-Marseille Résumé : Until the late eighteenth century, the Chinese capital case review system was one of the most stable criminal systems in the world. The highly developed codification and the multiple levels of judicial review had stunned several European observers. Yet, primarily since the height of the Qing Empire (1636–1912), China embarked on an ambitious program to sweep away criminals by heavily legalizing the practice of summary execution. Focusing on how summary execution was enforced, challenged and manipulated, this talk analyzes the dialectical process of legal formation of empire and the symbiotic relationship between empire building and judicial expediency.

Séminaire de l’IAO : Eric Seizelet

Eric Seizelet, Professeur émérite à l’Université de Paris Spécialiste de l’histoire du droit et des institutions politiques du Japon moderne et contemporain.

Résumé : L’arrestation de Carlos Ghosn à Tôkyô en novembre 2018 et son départ clandestin de l’archipel en décembre 2019 ont eu un retentissement médiatique considérable. Devenu le prévenu le plus célèbre de la planète, l’ancien président de l’Alliance Renault-Nissan n’a eu de cesse de dénoncer une « justice de l’otage », instrumentalisée par la direction de Nissan pour obtenir son éviction. Critiqué de toute part, le système judiciaire japonais s’est trouvé placé au banc des accusés. Face à cette offensive savamment orchestrée, les autorités japonaises ont accumulé les maladresses de communication. La justice japonaise ne méritait sans doute pas ces excès d’indignité aux relents parfois néo-colonialistes. Mais cette affaire a également mis en lumière la toute-puissance des Parquets et de réels problèmes dans la protection des droits des justiciables en matière pénale.

Séminaire de l’IAO : Sophie Biard

Sophie Biard, La conservation du patrimoine archéologique au Cambodge

Sophie Biard, Historienne de l’art, Sophie Biard travaille au Cambodge depuis 2014 pour la recherche, la documentation et la conservation des collections archéologiques nationales.

Résumé : La constitution des collections d’œuvres archéologiques cambodgiennes est un processus qui a débuté à la fin du XIXe siècle. Celle-ci a été très largement subordonnée aux événements politiques de l’histoire contemporaine mouvementée du pays. L’organisation des institutions du patrimoine ainsi que la conservation et la gestion des collections au Cambodge est toujours tributaire cet héritage. La connaissance de cette histoire conditionne également certains aspects de la recherche pour la compréhension des œuvres, notamment pour la connaissance de leur contexte original. En effet, leur documentation repose sur un travail d’enquête sur des fonds d’archives qui ont eux-mêmes été dispersés par les évacuations en temps de guerre.

Séminaire de l’IAO : Emmanuel Jourda

Emmanuel Jourda, Chercheur-associé au CECMC de l’EHESS, étudie l’histoire politique contemporaine de la Chine.

Résumé : Dans le pourtour de la mer de Chine méridionale du 19ème siècle colonial, lesdites « triades » intriguent. Leurs cris de ralliement antimandchous et leur emprise sociale les classent indistinctement comme politiques et dangereuses, alors que la Chine s’enfonce dans des violences de masse au fil des décennies et que les empires occidentaux se renforcent. À la fin du siècle, les révolutionnaires chinois tentent d’en faire un levier d’action de leur activisme. À cette fin ils cherchent à inclure leurs légendes dans la construction de leur nationalisme antidynastique en gestation. Dans la période républicaine, lesdites « sociétés secrètes » font l’objet d’attention tant de la part des nationalistes, des communistes que des Japonais. Après 1949, Mao Zedong les élimine en RPC, notamment en raison de proximités supposées avec le KMT. Dans les années 1960-1970, la sinologie occidentale analyse leur imaginaire et leur histoire pour y déceler des traces populaires primitives de la révolution communiste. Dans les années 1980-1990, le PCC les démarche dans le cadre de la rétrocession de Hongkong. Depuis les années 2010 des activistes troubles, à Hongkong et Taiwan, s’opposent à des manifestations de voie publique contraires au Rêve chinois irrédentiste de Xi Jinping au nom de leur tradition nationaliste. Cette histoire longue, et en apparence fragmentée, trouve toutefois sa cohérence en faisant des triades un sujet d’étude politique revisité.

La Route de la Soie en bande dessinée : regards artistiques et géopolitiques

La Route de la Soie en bande dessinée : regards artistiques et géopolitiques
Marie Laureillard (Etudes chinoises, Université Lumière Lyon 2, Institut d’Asie Orientale)

Il y a plus de 2100 ans, Zhang Qian de la dynastie Han en Chine se rendit par deux fois en Asie centrale, ouvrant la porte à des échanges « amicaux » entre les pays traversés par une route commerciale qui allait bientôt se prolonger jusqu’en Europe. À l’occasion du Forum de coopération internationale « One Belt One Road » qui s’est tenu à Pékin en 2017, les éditions des bandes dessinées (Lianhuanhua chubanshe) ont sélectionné huit opuscules sous le titre Les liens de la route de la soie (Silu lianyun丝路连韵) afin de promouvoir la stratégie nationale du projet « One Belt One Road » porté par Xi Jinping. Nous souhaiterions analyser cet ouvrage tout d’abord d’un point de vue esthétique et sémiotique, mais également d’un point de vue politique et géopolitique. Nous étudierons par quels moyens (paratextes, esthétique avenante d’un dessin vivant et coloré, mode de traitement des thèmes, stratégies narratives) il transmet une vision idéalisée de l’histoire à des fins d’éducation et de propagande.

Marie Laureillardmaîtresse de conférences HDR en études chinoises, consacre ses recherches à l’art et la littérature de la Chine et de Taïwan à l’époque moderne et contemporaine, et particulièrement aux croisements du texte et de l’image. Elle est l’auteur de Feng Zikai, un caricaturiste lyrique. Dialogue du mot et du trait (L’Harmattan, 2017) et de Shanghai années 1930 : expressions artistiques dans trois revues d’avantgarde (Hémisphères, 2021). Également traductrice littéraire (Ye Lingfeng, Confessions inachevées, Serge Safran, 2020), elle coorganise un colloque sur la bande dessinée en Asie de l’Est à Lyon les 14 et 15 octobre prochains.

À l’autre bout de la Route de la Soie : imaginaires croisés de cultures éloignées (empire Han et empire romain)
Tristan MAUFFREY (Université Paris 3-Sorbonne, Littératures comparées)

À l’autre bout de la route de la soie : imaginaires croisés de cultures éloignées (empire han et empire romain)D’un bout à l’autre du continent eurasiatique, au début de notre ère, les deux entités politiques largement multiculturelles que l’on désigne comme empire romain et empire han n’ont pas établi de relations directes. Cela ne signifie pas pour autant que le monde romain et le monde chinois aient été indifférents l’un à l’autre : les denrées échangées par les routes de la soie, tout comme les récits des voyageurs, ont nourri des représentations imaginaires de cet autre lointain, dont la désignation, la description et la localisation apparaissent particulièrement fluctuantes dans les sources anciennes grecques,latines et chinoises. De qui s’agitil, alors, quand les Romains parlent de Seres, et qu’entendent les Chinois qui mentionnent le royaume de Daqin(大秦) ? Plutôt que d’assigner à ces termes des référents univoques, on se propose de lire de manière croisée quelquesuns des textes (poétiques, géographiques, historiques) qui, replacés dans le contexte ancien de leur énonciation, font apparaître des visions fantasmées, n’ayant en fait de sens que pour la culture qui les a produites.

Tristan Mauffrey est maître de conférences stagiaire en Littératures comparées à l’Université Sorbonne Nouvelle et membre du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes dans cette université. Il travaille notamment sur les comparatismes entre antiquités grecque, romaine et chinoise. Sa thèse (2015) s’intitule «Narration poétique et mémoire héroïque dans la Grèce classique et dans la Chine préimpériale : fabriquer des savoirs traditionnels à partir de l’Iliade, de l’Odyssée et du Livre des Odes (Shijing)». Il a récemment contribué au volume sur la Chine dans les études comparatistes dirigé par Muriel Détrie et Philippe Postel (SFLGC, Lucie éditions) avec l’article intitulé : «La mémoire des accomplissements héroïques dans le Shijing et les poèmes homériques : une lecture croisée de deux corpus poétiques traditionnels».

Plus d’information : https://seao.hypotheses.org/