Nouvel An Lunaire 2024

Rencontre avec Marie Laureillard autour du livre « Scènes de vie à Shanghai » de Liu Na’ou

Le livre
À Shanghai, un homme en prison raconte à son avocat comment il a été tenté de tuer une employée de banque à l’occasion de l’ouverture de son coffre-fort. Une jeune prostituée abandonnée par sa mère se fait offrir une couverture par un client. Une jeune fleuriste se laisse courtiser par un Français avant de lui avouer qu’elle est déjà mariée. Une femme élégante se laisse séduire par un homme au cours d’un voyage en train avant de… retrouver son mari.

Liu Na’ou, non sans ironie, offre un éventail d’aventures libertines, parfois cruelles, dans une ville, le Shanghai des années 1930, où règnent à la fois misère et opulence, volupté et débauche. La modernité de ses thèmes fascine tant ils émanent d’une mégapole cosmopolite qui ressemble à beaucoup de grandes villes d’aujourd’hui. Quant aux relations entre hommes et femmes, la femme y joue un rôle dominant au grand dam d’hommes le plus souvent dupes ou victimes de leurs charmes.

La traductrice
Marie Laureillard, enseignant-chercheur en études chinoises à l’université Lumière Lyon 2 et à l’Institut d’Asie Orientale, consacre ses recherches à l’histoire de la littérature et de l’art modernes chinois et à leurs croisements, leurs interférences, ainsi qu’aux transferts culturels. Elle est notamment l’auteur de Feng Zikai, un caricaturiste lyrique : dialogue du mot et du trait (L’Harmattan, 2017) et a codirigé La caricature en Asie orientale : circulations et regards croisés (Extrême-Orient Extrême-Occident, n°46, 2023) et Caricatures en Extrême-Orient : origines, rencontres, métissages (Paris, Hémisphères, 2024). Elle a également traduit  Confessions inachevées, un roman de Ye Lingfeng, aux éditions Serge Safran (2020) et prépare la traduction de Modern Girl du même auteur chez le même éditeur.  Elle achève un ouvrage sur le dessin de presse à Shanghai vers 1930 et ses liens avec la littérature néo-sensationniste, dont Liu Na’ou est un illustre représentant.

30 ans de l’IAO

Afin de célébrer ses trente ans d’existence, l’Institut d’Asie orientale, unité mixte de recherche (UMR 5062) consacrée à la recherche sur l’Asie orientale, en particulier dans ses dimensions contemporaines, organise tout au long de l’année 2023 une série d’événements scientifiques ouverts à différents publics. L’ensemble des informations relatives à ces manifestations est centralisé sur cette page dédiée à cet anniversaire, laquelle accueillera également les contenus issus de ces événements.

Dans cette optique, l’Institut d’Asie orientale, basé sur le site de l’École normale supérieure de Lyon, fait labelliser toutes ses activités de l’année « 30 ans de l’IAO » et prépare deux journées de conférences et de tables rondes qui réuniront jeunes chercheur.es, membres actuels et passés du laboratoire, ainsi que des intervenants extérieurs spécialistes de l’Asie orientale. Ces journées, organisée les 13 et 14 décembre 2023, se tiendront au sein de l’espace « La Parenthèse » de la Bibliothèque Diderot de Lyon, sur le site de l’ENS de Lyon.

Ces journées seront également accompagnées d’une exposition consacrée aux fonds documentaires constitués au cours de ces trois décennies, placée à l’entrée de « La Parenthèse ». D’autre part, une exposition virtuelle dédiée aux objets de la recherche et des chercheurs de l’IAO est en cours d’élaboration. Enfin, l’ensemble des activités et manifestations organisées autour des célébrations du trentième anniversaire de l’IAO fera l’objet d’une communication élargie, en collaboration avec les services de communication du CNRS et de l’ENS de Lyon, ainsi qu’à travers divers supports médias.

« Pékin Underground », vingt ans après

Illustrations @Alain Le Bacquer

Dès 2001, Alain Le Bacquer part à Pékin découvrir le développement des sous-cultures pékinoises, encore confidentielles, musicales notamment. Au bout de plusieurs voyages, un ouvrage suivi d’un documentaire constituent le résultat de ses explorations. Vingt ans plus tard, les instantanés de cette époque et de ce phénomène font déjà partie de l’Histoire tant le contexte socioculturel chinois s’est transformé. La projection de Pékin Underground sera l’occasion de discuter des préoccupations d’une certaine jeunesse chinoise, avec une attention plus particulière portée sur les productions musicales alternatives et sur la communauté de rockeurs active au début du millénaire en Chine.

Illustrations @Alain Le Bacquer

« Precious Threads and Precarious Lives Histories of Shawl and Silk Industries of Kashmir, 1846–1950 »

Precious Threads and Precarious Lives Histories of Shawl and Silk Industries of Kashmir, 1846–1950

This book studies the hitherto unexplored history of the shawl and silk industries of the himalyan state of Jammu and Kashmir, India. It focuses on the three processes – production, circulation, and consumption – of the textile industry of the region to highlight its socio-economic and political importance in 19th- and 20th-century Kashmir. Using the micro-history approach, it studies the sites of production – the home looms or the small karkhana – efficiency of labour, and innovations by weavers in their techniques to suit the demands of the market. It also locates the impact colonialism had on transforming the labour economy in the Kashmir textile industry. Further, it compares these karkhanas with the Scottish factories or home looms to illuminate many sites of difference and comparison between the working styles and technologies [Lire la suite]

Amit Kumar teaches history at the School of Arts and Sciences, Azim Premji University. Amit did his PhD from University of Delhi and was also a visiting PhD Global history fellow at the International Institute of Social History, Amsterdam. The monograph is an extended form of his PhD.

Cérémonie de commémoration du 50e anniversaire de la signature de l’Accord de Paris

de gauche à droite : Pierre Journoud, Jean-Christophe Noël et l'ambassadeur Đinh Toàn Thắng
de gauche à droite : Pierre Journoud, Jean-Christophe Noël et l'ambassadeur Đinh Toàn Thắng
de gauche à droite : un membre de l'Association d'amitié franco-vietnamienne (AAFV), Pierre Journoud et Daniel Roussel
de gauche à droite : un membre de l'Association d'amitié franco-vietnamienne (AAFV), Pierre Journoud et Daniel Roussel
de gauche à droite : Patrice Cosaert, Pierre Journoud et deux membre du PCF, une employée de la Mairie de Choisy-le-Roi qui fut chargée de s'occuper de la délégation vietnamienne en 1973 et l'un des chauffeurs de cette délégation
de gauche à droite : Patrice Cosaert, Pierre Journoud et deux membre du PCF, une employée de la Mairie de Choisy-le-Roi qui fut chargée de s'occuper de la délégation vietnamienne en 1973 et l'un des chauffeurs de cette délégation
de gauche à droite : Jean-Pierre Archambault, Pierre Journoud et Trần Tố Nga
de gauche à droite : Jean-Pierre Archambault, Pierre Journoud et Trần Tố Nga
de gauche à droite : Jean-Philippe Eglinger et Pierre Journoud
de gauche à droite : Jean-Philippe Eglinger et Pierre Journoud
l'ambassadeur Đinh Toàn Thắng prononçant le discours de clôture de la journée
l'ambassadeur Đinh Toàn Thắng prononçant le discours de clôture de la journée

Étaient présents à l’événement, outre l’ambassadeur Đinh Toàn Thắng, les sénateurs Pierre Laurent et Jérémy Bacchi, la députée Anne le Hénanff, des universitaires, des chercheurs ainsi que de nombreux invités vietnamiens et français.

Dans une conférence inaugurale à deux voix, Jean-Christophe Noël, historien et expert au Centre des études de sécurité (IFRI) a présenté le contexte militaire ayant précédé les accords de Paris tandis que  Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, évoquait l’aspect diplomatique et le rôle de la France dans la reconstruction du Vietnam après la signature des accords.

Plusieurs tables rondes se sont ensuite tenues sous la houlette de Pierre Journoud, réunissant universitaires et témoins oculaires des négociations. Parmi les intervenants, Jean-Pierre Archambault, ancien secrétaire général de l’Association d’amitié franco-vietnamienne (AAFV), Jean-Philippe Eglinger, entrepreneur français installé au Vietnam, Patrice Cosaert, ancien professeur de géographie à l’Université de La Rochelle, Daniel Roussel, ancien élu communiste de Béthune ou encore Trần Tố Nga, membre du FLN pendant la guerre.

Dans le cadre de cette célébration, Pierre Journoud a également présenté le livre « La mer de Chine méridionale au prisme du soft power« , ouvrage collectif publié fin décembre 2022 dont Laurent Gédéon est l’un des contributeurs.

Nouvel an lunaire 2023 : Promenades dans les « Royaumes des Chats »

Déroulé de la soirée

18h00 : Accueil du public

18h30 : Ouverture du Nouvel An Lunaire, mot de bienvenue de Béatrice Jaluzot, directrice de l’Institut d’Asie Orientale

18h45 : Table-ronde avec la participation de Julien Bouvard (MCF en études japonaises à l’Université Lyon 3, IETT), Marie Laureillard (MCF en études chinoises à l’Université Lyon 2, IAO) et Raphaëlle Yokota (docteure, ATER en études japonaises à l’Université Lyon 3, IFRAE, IETT, IAO), animée par Norbert Danysz (doctorant en études chinoises à l’Université Lyon 2, IAO)

19h30 : Pause

20h00 : Projection du film de Morita Hiroyuki – Royaume des Chats [Neko no ongaeshi 猫の恩返し]

Durée : 75 min (2002)

Résumé extrait du site Studio Ghibli France : Le scénario est centré sur l’adolescente Haru, une jeune fille ordinaire qui est involontairement impliquée dans un monde de félins. Un jour, alors qu’elle se promenait dans un parc, elle sauve un chat persan, qui en réalité est un prince félin. En remerciement, le prince lui offre des cadeaux fabuleux et l’invite à se rendre dans son royaume. Haru accepte et commence alors une aventure remplie d’épreuves et de défis.

© Photo Vincent Brault, Ens de Lyon – Service ENS Média

Le Japon, Mishima et moi. Mishima samouraï.

Ken

Performance théâtrale (création originale)
Mise en scène, conception et musique : Yôko Higashi
Avec : François Guillemot aka Fanxoa (lecture texte et collages sur écran), Jacques Rossi (acteur sur la scène du kenjutsu) et Yôko Higashi. Photo des collages : Vincent Brault (ENS Media).

À travers une adaptation libre de la nouvelle de Yukio Mishima, Yôko Higashi propose une performance théâtrale mêlant le travail du kenjutsu et le travail physique inspiré de la danse butô. Les corps en mouvement sont soutenus par des extraits de texte avec un fond musical mêlant des morceaux de Bérurier Noir librement remixés.

Durée : 25 minutes

Tabou
(Gohatto)

de Nagisa Oshima
avec Ryūhei Matsuda, Takeshi Kitano

Fiction l Japon l vostf l 1999 | 100 min l Couleur l 35mm

Kyoto, 1865. Le capitaine Toshiro s’éprend d’un jeune samouraï dont la beauté envoûtante attire tous les regards…

Plus d’information : https://www.forumdesimages.fr/les-programmes/toutes-les-rencontres/spectacle-ken-projection-tabou

Viêt Nam, un passé à recomposer

18h - 18h30 : entrée du public et présentation de la soirée et des intervenant-es 18h30 - 18h50 : projection du film "Bach Hong" (2019) d'Elsa Duhamel 18h50 - 19h40 : projection du film "Viêt Nam, un passé à recomposer" (2021) de Juliette Galli 19h40 - 20h00 : temps d'échange avec le public.

La mémoire et l’histoire font du Viêt Nam un terrain d’observation particulièrement complexe. Traversé par la révolution indépendantiste, les guerres (civile et internationale) et les exils, le pays a retrouvé la paix au prix d’un sacrifice humain profondément inscrit dans l’histoire mondiale. Le séminaire Mémoires d’Indochine dispensé à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) s’est attaché depuis dix ans à élaborer une histoire d’en bas, à l’aune du vécu des populations locales. Pour clore cette recherche collective, cette projection/débat propose deux trajectoires d’exils vietnamiens en France. Celui d’une femme, Jeanne Dang, restituée par les images animées allégoriques de Bach-Hông, et celui d’un homme, l’Oncle Liêm puis de son fils, interviewés, par Juliette Galli. Ces deux récits interrogent tout à la fois passé et le présent, les brûlures de l’histoire et les souvenirs personnels.

Programme 

18h00 – 18h30 : entrée du public et présentation de la soirée et des intervenant-es

18h30 – 18h50 : projection du film « Bach-Hông » (2019) de Elsa Duhamel

18h50 – 19h40 : projection du film « Viêt Nam, un passé à recomposer » (2021) de Juliette Galli

19h40 – 20h00 : temps d’échange avec le public

* Crédits photos : M. Liêm © Juliette Galli – Bach-Hông © Elsa Duhamel / Fargo productions